Mot de passe perdu  

iCagenda - Calendar

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

iCagenda - Event List

Aucun évènement à venir!

Engagements éthiques et déontologiques du thérapeute EMDR

I Préambule

image représentativeLa qualification du thérapeute EMDR est réservée à des professionnels de la santé, (et/ou de la psychothérapie) ayant satisfait aux critères de sélection et de formation définis par EMDR-Belgium.
La méthode EMDR est un outil de traitement psychothérapeutique que des thérapeutes ayant des cursus de formation différents peuvent utiliser seul ou avec d’autres moyens thérapeutiques. Les règles éthiques ci-dessous énoncées concernent donc :

  • 1) L’ensemble de la profession de psychothérapeute et par extension ce qui concerne les conditions à valeur générale. Ces règles ne sont pas, dans ce cas, différentes de celles déjà établies par les différentes autres chartes de Psychothérapeute en accord avec la profession exercée par chaque praticien (Ordre des médecins, Fédérations et Syndicats professionnels…), mais viennent les compléter ou en préciser certains points.
     
  • 2) La pratique EMDR. La méthode thérapeutique EMDR ayant un caractère propre, le praticien a des devoirs spécifiques que nous énonçons ci-dessous.

L'éthique du thérapeute EMDR est en accord avec les principes généraux de l’éthique et s’inscrit dans l’ensemble des valeurs qui régissent les Droits de l’Homme, explicitées dans ce code et dans les lois et règlements auxquels tout citoyen normalement souscrit.

II Règles

A. Règles générales

a) Nul ne pourra devenir membre d’EMDR-Belgium, même après avoir satisfait aux conditions de sélection et de formation, s’il n’a formellement approuvé le présent code déontologique.

b) Seuls les membres effectifs peuvent se prévaloir de leur appartenance à l’Association EMDR-Belgique. (effectif signifie : répondre aux conditions pour devenir membre, signer le code déontologique, et avoir payé la cotisation).

c) Tout Psychothérapeute EMDR relève des instances habilitées de l’association EMDR-Belgium, auquel il adhère.  Cette dernière connaît et peut prendre des mesures en cas de manquement à l’éthique. Les membres de l'association doivent être conscients des conséquences néfastes des manquements d’autres thérapeutes venant à leur connaissance et s’engagent à en aviser immédiatement EMDR-Belgium et à ne pas les couvrir de leur silence. Si ces manquements sont jugés graves ou dommageables, EMDR-Belgium réunira le comité de déontologie afin de statuer sur leur cas.

d) Tout Psychothérapeute praticien EMDR s’interdit de mêler publiquement l’exercice de l’EMDR à des pratiques qui seraient contraires aux lois, aux bonnes mœurs ou tout simplement qui ne seraient pas scientifiques (mysticisme, idéologie, occultisme, ou toutes pratiques qui pourraient nuire à la réputation scientifique de l’EMDR). Il peut en revanche librement utiliser toute autre technique (psychothérapeutique et/ou médicale) licite reconnue et pour laquelle il est compétent.

e) Psychothérapie EMDR et médecine ayant des spécificités différentes, le praticien EMDR doit inviter son patient/client à s’entourer de tout ce que l’une et l’autre spécificité peut lui apporter et encouragera ses patients à rechercher des traitements médicaux appropriés.

f) L’exercice de la pratique ne devra pas être subordonné à une discrimination préalable de caractère ethnique, raciale ou religieuse.

g) Tout praticien EMDR peut adhérer au syndicat professionnel de son choix s’il le désire à moins que cela ne soit une obligation due à sa profession ou au législateur.

B. Règles propres à EMDR-Belgium vis-à-vis de ses membres

a) L’étude des candidatures prend en considération la formation mais aussi dans une certaine mesure l’évaluation de la capacité du futur praticien à mener à bien des traitements EMDR. Toute discussion à ce sujet est soumise aux règles éthiques de la confidentialité et du respect dû aux personnes.

b) Toute délibération concernant un membre de la société EMDR-Belgium relève des mêmes exigences y compris les discussions concernant d’éventuels manquements à l’éthique.

c) Le personnel administratif de l'Association EMDR-Belgium devra souscrire aux mêmes engagements, pour y être employé.

d) Aucune critique d’un collègue ne peut dépasser celle du désaccord sur la pensée. En aucun cas elle ne peut être une attaque sur la personne, être injurieuse, diffamatoire ou calomnieuse.

C. Règles propres à l'exercice de la profession de psychothérapeute EMDR

a) Tout Psychothérapeute EMDR s’engage à n’utiliser la thérapie EMDR que dans l’intérêt de son patient/client conformément au principe médical du « Primum non nocere ».

b) Le Psychothérapeute EMDR doit s’abstenir de toute relation sexuelle ou agressive, avec son patient/client et ne profiter en aucun cas de sa vulnérabilité pour en tirer un plaisir, un quelconque intérêt ou un avantage financier, mais le traiter avec respect et dignité. Aucun abus ne pourra se justifier d’une complaisance fut-elle active du patient/client.

c) Le Psychothérapeute EMDR devra, en fonction des cas et des circonstances, appliquer la méthode EMDR pour en tirer le meilleur parti dans l’intérêt du patient/client. Il pourra aussi, dans le cadre de ses compétences et de son expérience, mettre en œuvre d’autres moyens techniques propres à potentialiser les effets de l’EMDR.

d) Après avoir indiqué à son patient/client son niveau de qualification dans les disciplines où il a été formé, il doit l’informer de ce qu’il sait concernant les méthodes utilisées, leurs effets, leurs risques, leurs avantages et leurs limites.

e) Il ne devra pas prétendre à des pouvoirs ou à des formations qu’il n’a pas. Il devra être prudent dans ses engagements et ne pas promettre ce qu’il ne peut tenir, ni en faire publicité.

f) Il devra avec son patient/client établir clairement dès le premier entretien le cadre concret de l’exercice de la cure : horaires, fréquences et durée des séances, conditions de leur annulation, durée envisageable et arrêt du traitement, sans oublier le montant et les modalités de paiement, ainsi que la question du règlement éventuel des séances manquées. Il importe qu’avant de s’engager le patient sache et mesure ce à quoi il souscrit et que sa décision d’entreprendre le traitement EMDR soit clairement affirmée.

g) Il doit donc tenir compte de la vulnérabilité éventuelle de son patient/client et dans le cas où une fragilité certaine apparaît plutôt procéder à des renforcements du Moi. Puis après avoir atteint ce premier objectif, il pourra traiter la symptomatologie proprement dite. Le patient doit être averti de la possibilité d’une aggravation – le plus souvent transitoire – de ses symptômes au début du traitement EMDR.

h) Le praticien doit se sentir capable, tant du point de vue de son cursus que de sa propre solidité affective personnelle, de gérer la situation même en cas de fortes abréactions du patient/client. Sinon il ne devra pas hésiter à faire appel à d’autres collègues, soit pour leur adresser, le cas échéant, la personne, soit pour obtenir d’eux une assistance professionnelle propre à lui permettre de remplir sa fonction.

i) Le Psychothérapeute EMDR est lié au secret professionnel et doit assurer le secret absolu à son patient/client. Il ne peut s’en délivrer que dans les conditions prévues par le législateur.

j) Toutefois, il est admis et souhaitable qu’il puisse faire, occasionnellement, des rapports cliniques devant des tiers. Pour cela il devra strictement respecter les règles de la confidentialité, se limiter à la seule utilité de son objet (Démonstration scientifique – Information) et, dans le cas d’une séquence vidéo, avoir reçu l’autorisation écrite du patient/client.

k) Conscient de l’importance de la formation continue, tout psychothérapeute ayant obtenu le titre de Praticien EMDR Europe reconnaît avoir été informé que l’accréditation pour l’exercice de l’EMDR dans le cadre de son affiliation est valable pour une durée de 5 ans et soumise à l'obtention de crédits acquis au cours de la formation continue (détail mentionné dans le règlement intérieur). il s’engage en outre à ne pas travailler en solitaire, et à participer le plus possible à des groupes de travail au cours desquels il partage son expérience et les informations nécessaires à l’exercice de sa profession avec d’autres collègues. Ces échanges interprofessionnels rentrent dans le cadre de la formation continue.

l) Il devra respecter les mêmes règles strictes de confidentialité pour tout rapport clinique entendu au cours d’échanges professionnels. Les superviseurs sont également soumis aux mêmes règles.

m) Si la recherche et la capacité d’invention du thérapeute doivent être encouragées, celles-ci ne peuvent être mises en œuvre qu’avec prudence et dans l’intérêt du patient/client. Elles ne doivent jamais être en contravention avec les dispositions du présent code.

n) En aucun cas un intérêt prétendument scientifique ne peut prévaloir sur celui du patient/client et de son traitement.

III Commission de déontologie

Afin de faire respecter ses règles éthiques, le conseil d’administration d’EMDR-Belgium désigne parmi les membres d’EMDR-Belgium pour une durée de 4 ans, 3 membres ou davantage chargés de traiter les problèmes relatifs à l’éthique.
Outre les pouvoirs disciplinaires ci-après énoncés, la Commission de déontologie sera également chargée de contacter les personnes utilisant l'appellation EMDR de manière illicite afin de leur demander de ne pas l’employer et, le cas échéant, d’entamer des poursuites au civil avec demande de dommages et intérêts.

IV Sanction

Cas général

A la demande de l’intéressé ou de ses collègues ou sur plainte interne et/ou externe de tiers, EMDR-Belgium fera appel à la commission de déontologie qui a un rôle d’information, de prévention, de conseil et d’examen. La commission de déontologie est à la disposition du thérapeute EMDR et du plaignant pour examiner la réclamation. Elle a le pouvoir de statuer pour décider s’il y a infraction ou non et sur la valeur de la dite infraction. En conséquence, elle pourra, en sus, prendre de plein droit toutes les décisions nécessaires.

La liste des décisions possibles prises par la commission de déontologie est la suivante :
Décisions positives : Non-lieu, défense, soutien et travail actif de réhabilitation d’un collègue injustement accusé et calomnié.
Décisions négatives : Réprimande avec rappel à l’ordre, avertissement, blâme, suspension provisoire et exclusion définitive de l’association EMDR-Belgium avec perte du titre de «Psychothérapeute praticien EMDR» délivré par l’association. Si le titre de praticien EMDR a été délivré par une association EMDR d’un autre pays, EMDR-Belgium avertira cette personne et cette association des griefs portés et des décisions prises.

Cas particuliers

Si un praticien soupçonné appartient à la commission de déontologie, il devra aussitôt démissionner de son poste afin que ses collègues puissent délibérer et prendre leur décision en toute sérénité.
Si le praticien soupçonné, puis sanctionné appartient au bureau du conseil d’administration suivant son rang, il devra démissionner de son poste et d’autres élections devront être effectuées dans un délai de trois mois, par convocation de l’ensemble des membres à une assemblée extraordinaire.

 
Code déontologique adopté par le conseil d’administration d’EMDR-Belgium le 3 février 2010, à Sint-Maria-Oudenhove.